A lire aussi

12-12-2018 18:18

La famille espagnole de la jeune sahraouie séquestrée à Tindouf interpelle Sanchez

La famille adoptive de Maloma, la jeune sahraouie retenue contre son gré à Tindouf par sa famille…
Rejoignez nous sur :

Drâa-Tafilalet a rarement été sous le feu des projecteurs. Pourtant, son étendue géographie, ses atouts et son potentiel font d’elle l’une des régions les plus en vue du royaume. Il suffit de rappeler que la province de Ouarzazate abrite un des projets phares de ces dernières années, en l’occurrence la centrale solaire Noor. L’inauguration de la phase 1 a fait entrer la région dans le club très select des régions productrices d’énergies renouvelables. Au-delà, ladite région regorge d’opportunités d’investissements dans plusieurs secteurs d’activités.

Tourisme, agriculture oasienne, produits du terroir, mines, cinéma, artisanat…plusieurs secteurs d’activité peuvent prendre de l’ampleur dans l’économie de la région à condition de les inscrire dans une vision globale qui prend en considération les spécificités et contraintes de chaque composante. Néanmoins, la région, nouvellement créée par le nouveau découpage territorial (Drâa de l'ancienne région Souss-Massa-Drâa et Tafilalet de l'ancienne région Meknès-Tafilalet) fait face à de nombreux défis. Le premier est démographique : le taux d’accroissement de la population est de moins d'1%, avec une concentration de la population dans les zones rurales (65,7%).

À cela, s’ajoute un taux d’analphabétisme élevé, surtout chez les femmes (45,1%). Sur le plan de la production de la richesse, la région dispose d’un PIB de 27 MMDH. Drâa-Tafilalet arrive ainsi à la neuvième place sur les 12 régions du Maroc ; sa part dans le PIB national ne dépasse pas 3,3%. De facto, le PIB par habitant est le plus faible du royaume avec 16.021 DH.

Cela dit, la croissance dynamique de la région durant la décennie 2000 avec une croissance de 5,8% permet d’espérer un décollage économique dans les années à venir. Pour y arriver, ladite région prépare un plan d’action de développement régional pour lancer un nouveau cycle de développement juste et global. Ce plan d’action constituera un contrat avec tous les partenaires, qu’ils soient citoyens, établissements publics ou des intervenants privés et partenaires étrangers. En termes de priorités, la réalisation des infrastructures routières pour désenclaver la région et drainer de nouveaux investisseurs arrivera certainement en premier lieu. 

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages