A lire aussi

15-10-2019 09:59

Tanger-Med: Saisie de 2,2 tonnes de chira destiné au trafic international

Une opération conjointe, menée par les éléments de la sûreté nationale et de la douane lundi soir…
Rejoignez nous sur :

C’est aujourd’hui que s’ouvre à Casablanca la sixième édition du salon Logismed, placé cette année sous le thème «Votre logistique, levier d’une rentabilité certaine». Les Inspirations ÉCO publie, à cette occasion, un «Spécial Logistique» donnant la parole aux principaux acteurs du secteur, relevant du public (AMDL) et du privé (CGEM). Il ne s’agit pas seulement de s’arrêter sur les réalisations, certes nombreuses et louables, de la stratégie nationale 2010-2015, mais aussi et surtout de se projeter dans l’avenir en soulevant les obstacles qui freinent la dynamique des acteurs de la chaîne logistique. D’à peine quelques dizaines d'hectares en 2010, le Maroc compte aujourd’hui pas moins de 600 hectares aménagés de plateformes logistiques modernes.

Toutefois, face à cette offre mobilisée par des opérateurs à la fois publics et privés, la demande des agents économiques tarde encore à suivre le rythme, sous l’effet de plusieurs facteurs à caractère multidimensionnel, allant du culturel à l’informel, en passant par la cherté des prix, l’éparpillement de projets de petite échelle ne permettant pas une massification des investissements, etc. Faire le bilan de la stratégie logistique permet de découvrir les pouvoirs limités de l’AMDL, censée pourtant réguler ce secteur promis à un bel avenir.

L’agence publique, apprend-on de son DG, est en train d’élaborer un contrat-programme avec l’État pour remédier justement à ces lacunes relevant du domaine du contrôle et de supervision de l’activité logistique. Autre chantier structurant, l’AMDL prépare un projet de loi encadrant le secteur logistique, avec l’assistance technique de la Banque mondiale.

Ce projet figure d’ailleurs dans le programme du gouvernement El Othmani. La future nouvelle réglementation devra apporter des solutions concrètes à trois types de problèmes : l’immobilier logistique (planification des zones, leur exploitation, etc.), la logistique urbaine (circulation des flux de marchandises, les aires de livraison réservées aux camions, etc.) et enfin, l’organisation des professions (statut juridique des prestataires). Aussi, il ne suffit pas d’installer des bâtiments pour optimiser la chaîne logistique. La fluidification des flux, notamment quand il s’agit d’import et d’export de marchandises, s’avère incontournable. Dans ce spécial, nous passons en revue les 14 mesures phares du projet de plan de simplification des procédures du commerce extérieur, dans lequel le guichet unique PortNet devra jouer un rôle central, mobilisant une parfaite coordination entre l’ensemble des intervenants de l’écosystème logistique aux différents points frontaliers du royaume. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages