A lire aussi

08-11-2018 10:34

Conseil du gouvernement. Le menu du jour

Un Conseil de gouvernement se tient aujourd’hui sous la présidence de Saâd-Eddine El Othmani. Au…
Rejoignez nous sur :

L’apport des SI, qui intervient à tous les niveaux décisionnels de l’entreprise concernés par l’optimisation de la chaîne logistique à travers un outillage informatique spécifique est confirmé Il existe aujourd’hui des progiciels adaptés aux PME-PMI qui assurent un gain de performance

L’optimisation de la chaîne logistique s’opère à travers la mise en œuvre d’actions spécifiques qui se situent à différents niveaux du fonctionnement des entreprises. Dans ce contexte, l’apport des Si intervient à tous les niveaux décisionnels de l’entreprise, concernés par l’optimisation de la chaîne logistique à travers un outillage informatique spécifique est confirmé.

Il s’agit plus concrètement des systèmes de gestion d’entrepôt, WMS (Warehouse Management System) qui permettent de piloter les flux dans les entrepôts, de la réception à la mise en stock, puis la préparation de commande et l’expédition, de gérer et d’optimiser les stocks, ainsi que les ressources tant matérielles qu'humaines. «Les WMS permettent une traçabilité totale des produits dans les entrepôts et expédiés aux clients, ce qui est indispensable dans de nombreux secteurs afin de garantir aux consommateurs finaux des produits conformes», explique Jérôme Fleury, directeur associé Eumatech. Les systèmes de gestion du transport, TMS (Transport Management System) vont permettre quant à eux, la planification, l’exécution, le suivi des aléas, la facturation ou le contrôle facture du transport. De plus, lié à des systèmes de géolocalisation des camions, les TMS pourront optimiser les chargements des camions, les tournées, diminuer les retours à vide.

En outre, d’autres systèmes spécialisés permettront d’améliorer encore certains points de sa supply chain. Il s’agit en l’occurrence des OMS (Order Management System) qui serviront à dispatcher les commandes à préparer sur l’entrepôt le plus optimal, réapprovisionner les entrepôts depuis un dépôt central ou une usine, des outils de GPA (Gestion partagée des approvisionnements) vont permettre d’optimiser les stocks et les réapprovisionnements entre un industriel et les entrepôts de ses clients, externes ou internes ainsi que des outils EDI/EAI vont permettre de faire communiquer les différents SI au sein de l’entreprise et avec ses partenaires.

Retour sur investissement
Du côté des entreprises, la connaissance de ces outils permet de les intégrer dans le mode de gestion logistique après un travail préalable bien précis comme l’explique Jerôme fleury : «Un diagnostic rapide de la logistique d’une entreprise permet en quelques jours d’identifier les besoins par priorité. Il faut ensuite investir dans son SI étape par étape afin de maîtriser la mise en place des outils et d’obtenir des résultats significatifs». Si généralement les entreprises et plus spécifiquement les PME désirant améliorer leur mode de gestion logistique semble consciente de l’enjeu que ce travail recouvre, il n’en demeure pas moins que nombreux sont les dirigeants qui restent réticents quant au coût et à l’investissement que cela peut représenter notamment en équipement SI.

À cette réticence, Jerôme Fleury apporte une réponse claire : «Il existe aujourd’hui des progiciels adaptés aux PME-PMI, soit en mode licence, soit en mode SaaS (Software as a Service) qui permettent de ne pas investir dans des solutions et de ne payer un abonnement que pour ce que l’on consomme réellement».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages