A lire aussi

16-09-2019 12:48

Énergie. Le modèle marocain présenté au Power Week Africa

Lors de la conférence organisée du 9 au 13 septembre, Youssef Amrani, ambassadeur du Maroc en…
Rejoignez nous sur :

L’importance stratégique des accords signés avec les partenaires du Maroc a amené la diplomatie marocaine à entamer un suivi sur place des conventions scellées en présence du souverain.

Depuis l’annonce officielle du Maroc de regagner les rangs de l’UA, en juillet 2016, ce sont près de 200 accords qui ont été signés avec 8 pays du continent. Évidemment, c’est la problématique du suivi qui paraît surgir, un an après la conclusion de ces conventions qui portent sur des domaines clés de la coopération enclenchée par la diplomatie économique du Maroc. Rien qu’en juin dernier, pas moins de 20 accords bilatéraux ainsi que plusieurs projets de loi portant approbation de textes internationaux relatifs à l’intégration du Maroc à l’Union africaine sont en cours d’examen par l’Exécutif avant leur intégration dans le circuit d’adoption. Les accords signés dans le cadre des dernières visites royales en Afrique portent sur les ententes trouvées par le Maroc avec le Nigeria, Madagascar, le Rwanda, le Soudan du sud, le Ghana, la Zambie et l’Éthiopie. C’est la secrétaire d’État aux affaires étrangères Mounia Boucetta qui a entamé début juillet une tournée africaine en vue d’assurer le suivi de la mise en œuvre des conventions qui restent névralgiques pour la concrétisation de la vision commune entérinée avec les partenaires du Maroc.

Les détails des conventions montrent que les secteurs prioritaires portent sur la promotion du commerce, l’encouragement et la protection réciproque des investissements, la suppression de la double imposition, la prévention de l’évasion fiscale et les services de transport aérien. Il s’agit également de mémorandums d’entente portant sur la coopération dans le domaine agricole et de la pêche maritime. Une comparaison rapide entre les différents accords signés avec ces différents partenaires éclairs sur la démarche marocaine dans le cadre de la mise en place de sa coopération Sud-Sud.

L’objectif étant d’assurer un meilleur encadrement juridique du commerce et de l’investissement à travers des accords bilatéraux sécurisés tout en faisant jouer la carte de l’expertise agricole, halieutique et en matière de phosphates dans le cadre de mémorandums d’entente dont la mise en œuvre sera parfois étalée sur le temps. L’intégration institutionnelle du Maroc à l’Union africaine reste aussi capitale. Il s’agit notamment du projet de loi portant approbation du protocole relatif à la création du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, du protocole du traité instituant la communauté économique africaine relatif au Parlement panafricain ou encore de l’acte constitutif de la conférence ministérielle africaine sur la météorologie. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages